4 juillet 2011 - 4 juillet 2018 , le site olivier-g.com a déjà 17 ans !




Le Vérificateur de lampes de feux de stop
Invention sécurité routière


Abrégé de l'invention

 

"Dispositif de détection de défaut de lampes à filament et de leur circuit d'alimentation avec indication de l'organe défectueux, notamment pour véhicules automobiles." 

 

N° d'enregistrement Institut National de la Propriété Intellectuelle: 97 02209 

Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite

 

Comment voir que ce véhicule freine brusquement ?...

Sera-t-il possible de s'arrêter en toute sécurité ?

  

 

 

L'origine du projet de détection d'anomalie des feux de stop

 

 J'avais eu envie de travailler sur ce sujet en mars 1994, surpris à ce moment que les constructeurs automobiles ne mettent pas en place un tel dispositif électronique, car on rencontrait très fréquemment des véhicules dont l'allumage des feux arrières (surtout ceux de stop) était inexistant ou défectueux.

 

 

Les trois grands avantages

 

  1. Pas de réglage de mise au point après montage
  2. Installation facile et rapide
  3. Très peu de fils électriques sont ajoutés sur le circuit inital du véhicule

 

Mise au point du projet

 

 Le principe de fonctionnement du détecteur est très simple à la base, mais si on utilise un système électronique aussi simple que ce principe, les composants correspondants sont onéreux, et l'installation sur un véhicule déjà en circulation est délicate. 

 Donc, le plus gros du travail a été de remplacer ces composants par d'autres, meilleur marché, et de faire en sorte que le branchement soit facile, n'obligeant pas à modifier une partie du circuit électrique du véhicule, et surtout qu'il ne perturbe pas le fonctionnement des feux si le présent dispositif tombe lui-même en panne. 

 

 

Réalisation du prototype

 

 Il n'y a aucun composant sensible aux perturbations électriques, comme le parasitage provoqué par l'alternateur du véhicule.

 

Eléments utilisés

 

Organes appartenant au véhicule

 3 feux de stop (12 volts - 21 watts)

 1 batterie 12 volts

 1 contacteur de pédale de frein

 1 fusible pour alimenter les lampes

Organes de l'invention

 circuit électronique de détection de panne

 circuit d'affichage pour le conducteur

3 diodes, chacune placée en amont d'une lampe

 

 

Description des éléments

 

Circuit électronique de détection

 C'est le "cerveau" du dispositif. Il comporte autant de modules identiques qu'il y a de lampes à tester, plus un qui totalise tous les résultats et un vérificateur d'état du fusible.

 

 

L'interface utilisateur

 Elle comporte le ronfleur (buzzer), une diode électroluminescente qui clignote si le fusible est rompu, une autre qui clignote si une lampe de stop tombe en panne, puis une dernière qui indique la(les) lampe(s) hors service (trois dans ce prototype).

 

 

Diodes branchées sur les fils qui alimentent les lampes

 Une diode par lampe, chacune placée dans un de ces petits boîtiers. Le branchement doit donc se faire dans le bon sens. 

 Chaque fil qui alimente une lampe du véhicule doit être coupé en deux (à n'importe quel niveau de la longueur) pour pouvoir insérer ce boîtier. 

 Un troisième fil (couleur rouge) côté lampe part vers le circuit de détection.

 

 

 

 

 





Date de dernière modification de cette page: 09/01/2018


 


olivier-g.com, site officiel d'olivier golibrodski